MEDITATION : SOIS LA VOIX DE LA VÉRITÉ, SON BRAS CONTRE LE MAL…

 

Point n’est besoin d’attendre un messie quelconque.
Le Messie est déjà venu ;
Le Messie reviendra ;
De nos talents et de notre monde, nous lui rendrons compte un jour, tous mais chacun selon son grade, ses talents et sa mission. Car, le Messie nous a confié la mission de travailler à l’instauration de son règne sur la terre jusqu’à l’heure du jugement et du grand tri des âmes, lorsque la trompette de l’Ange sonnera définitivement la fin de cette interminable lutte.
Nous sommes donc ici et maintenant sa voix contre le mal, son bras contre la méchanceté.
C’est pourquoi la souffrance du prochain, l’arrogance des méchants et même la vue de sa propre misère doivent pousser les “justes” aux dépassements de soi et aux plus grands sacrifices, mais cela parfois dans l’indifférence généralisée du grand nombre comme aussi dans l’ingratitude et l’incompréhension des “maboules-heureux” pour qui ils livrent bataille…

 

Chers Amis, « amour et vérité s’embrassent »

Le combat pour la vérité, dans cette lutte enracinée dans les cœurs et aux retentissements universels et cosmiques, occupe une place de choix. Ne l’oublions pas. Semons l’amour de Dieu et du prochain. Mais jamais sans le devoir de vérité ; l’amour et la vérité s’embrassent. Ils marchent ensemble, comme deux compagnes inséparables. La manifestation de l’un sans l’autre est cause de tous les périls… Au nom de la vérité, on peut tuer froidement, comme au nom de l’amour on arrive à justifier l’injustifiable : ce qui sème la désolation et la mort, tôt ou tard…

Aimons en vérité mais disons aussi la vérité par amour, avec amour et pour l’amour. Pour l’amour, on ne doit pas dissimuler la vérité lorsque de celle-ci dépend la vie et l’avenir de l’homme et des peuples entiers, à moins que l’on attende le moment propice : donc à moins que ce ne soit pour un temps.

En revanche, l’amour sans la vérité n’est rien d’autre que la ruine de l’amour. L’amour est pour le bien. L’amour doit s’attacher au vrai, non au mensonge. Le bon amour est celui qui s’attache à ce qui est bien, à ce qui est vrai, non au mal et au faux. L’amour du mensonge est nocif, mortifère. Ses conséquences affecteront toujours toute la société, à commencer par celui qui est animé par un tel amour.

Ainsi, quand l’amour se détache de la vérité, il devient aveugle et mène à la perdition. Et quand l’amour devient sa propre vérité, il se galvaude. De même, quand la vérité n’est pas tempérée par l’amour, elle devient tyrannique. Quand la vérité n’est pas exercée avec amour pour l’amour, elle devient intolérante et brutale.

Faisons de l’amour et de la vérité notre credo. Ils nous conduiront aux portes du Royaume des Cieux, mais c’est le Christ qui nous l’ouvrira et qui nous en donnera le droit de cité. Dans un monde plongé dans les ténèbres et où l’amour signifie plein de choses, sauf vouloir et faire du bien à l’autre, sauf bâtir sur la valeur de la vie humaine et promouvoir les valeurs éternelles qui fondent l’humanité et la préservent du chaos, il faut s’armer de vérité, se nourrir de vérité et brandir haut le glaive de la vérité pour dissiper le règne du mensonge et de la mort.

À force d’indifférence et de silence, nous donnons au mensonge le même poids que la vérité, le même droit que le bien dont la vérité est un des visages. À force de laisser le mensonge s’insinuer partout, avec la facilité que lui donnent les réseaux sociaux, nous finirons par trouver normal et vrai ce qui ne l’est point. Le matraquage médiatique omniprésent est un puissant lavage de cerveau auquel on n’échappera pas, à moins d’avoir l’audace de croire en la vérité, la force d’en vivre et le courage de la brandir sans complexe, ni peur.

La vérité recrute. Qui entendra sa voix ? La vérité cherche des défenseurs, en feras-tu partie ?

Nous ne vaincrons le relativisme ambiant qu’en lui opposant la force de la vérité mais aux prix de grands périls. Car on ne peut être porteur de vérité et plaire à tout le monde. On ne peut brandir le flambeau de la vérité et être apprécié par tous. On ne peut représenter la vérité et être ami à tout le monde. On ne peut servir la vérité sans connaître l’inimitié du mensonge et de sa descendance. Cela doit être clair à l’esprit de celui qui choisit le camp de la vérité, surtout lorsque celle-ci semble mal en point dans la cité.

Amis, ouvre donc les yeux, tu seras surpris de voir le mensonge à l’œuvre partout sans gêne et plein d’arrogance. Si, si, si… Ouvre juste grand tes yeux et tes oreilles : observe, écoute et analyse… Leurs discours, leurs lois, leurs conférences, leurs médias… Tout ça, pour ça : c’est-à-dire pour ce que tu vois et vis en permanence au quotidien. Tiens, par exemple, ils chantent les droits de l’homme mais qui vend le plus d’armes, qui autorise le massacre des embryons à neuf mois dans le ventre maternel, qui est derrière l’enlèvement et le dépeçage des enfants comme du gibier à chaque période électorale ? Qui parle au nom de la Loi mais la viole sans être inquiété ? Qui défait la loi quand cela l’arrange ? Qui gaze, écrase et enferme lorsqu’on réclame ses droits ? Qui ne fait jamais la prison quand bien même il a détourné des milliards et massacré ses semblables ? Qui à ton avis ?

Amis, ouvre les yeux, éveille-toi et prends ta part à la grande bataille que se livrent le mensonge et la vérité. Engage-la dans ton cœur, puis dans ta maison mais ne déserte pas la rue car l’homme est un être social. La cité est faite pour le bien, non pour le mensonge. La vérité est confinée lorsque la cité est aux mains du mensonge. L’humanité est en péril lorsque la vérité n’a plus droit de cité dans la rue. Une cité bâtie sur le mensonge est déjà en course pour la ruine. Vois-tu, la vérité compte sur toi. Tu dois secouer le joug du mensonge, mets-y ta créativité jusqu’à ta dernière énergie. Secoue tes peurs avec audace. Point de victoire sans lutte. Les grands défis sont des appels aux plus grandes gloires. C’est une lutte épique et risquée mais qui vaut la peine d’être engagée car elle illumine une vie et la sort de la mêlée. Seuls écrivent l’histoire ceux qui prennent ce chemin des plus ardus. Choisis donc ce bon combat, cher Ami !

 

Amis combattants de lumière,

À défaut de t’offrir physiquement aux coups du méchant,  Sois déjà sa mauvaise conscience.
Sois-le avec sagesse et prudence.
Dénonce ses égarements avec intelligence.
Le courage n’est pas l’imprudence ;
Toute vertu authentique est régie par la prudence,
Mais ne confonds pas la prudence à la lâcheté, ni à l’inaction.
La prudence conduit à une action mais après avoir choisi les moyens les meilleurs pour le but.
Fais donc savoir au méchant son erreur.
S’il s’entête, fais-lui sentir son mensonge.
S’il te menace, interpelle-le encore par ton silence.
S’il te plaît que jamais il ne rencontre en toi un courtisan.
Que par toi, tout lui fasse voir son entêtement.
Que tout secoue sa conscience engourdie.
Qu’en tout lieu, il trouve ton regard réprobateur.
Que partout, il ne connaisse la paix de l’âme.
Qu’en tout temps, ta parole ou ton silence soient son tourment.
C’est ce qui est ta portée pour secouer ce qu’il lui reste de conscience.

Parce l’homme qui ment cherche toujours à se justifier pour se donner bonne conscience, à renforts d’arguments fallacieux s’emmurant davantage dans le stoïcisme, fais en sorte que jamais cet homme-là n’ait le sentiment d’avoir raison, même si sa décision en impose à tous par la force des lois, des décrets, des armes et des longs bras venus d’ailleurs… Jamais la poudre à canons n’a vaincu la vérité. Lorsque la vérité semble vaincue, c’est toujours pour luire davantage, au grand dam des menteurs.

 

Amis, chercheurs de vérité,

Sais-tu ceci ?

La vérité est invincible.
La vérité ne vieillit pas.
La vérité ne change pas.
La vérité ne s’invente pas.
La vérité ne plie devant rien.
La vérité est : telle est sa nature que personne ne peut corrompre.
La vérité transperce les blindages d’acier ; elle s’insinue jusque dans les profondeurs du cœur.
La vérité se rit de la garde du palais et tourmente même le lit du roi. La vérité survit aux canons et aux autres épouvantails que l’histoire finit toujours par défaire.
Sais-tu aussi cela ?
La vérité est un glaive à double tranchants : elle taille dedans et coupe dehors.
La vérité façonne ses amis, elle émonde le mensonge de leur vie.
La vérité est libératrice, elle arrache des chaines du mensonge.
La vérité est protectrice, elle garde des chemins de travers.
La vérité est lumineuse, elle éblouit qui la contemple.
La vérité est stable, on peut s’appuyer sur elle en tout temps.
La vérité est belle, l’homme la cherche avec passion.
La vérité est vivifiante, sans elle bien des vies seraient fades.
La vérité est brillante, elle dissipe les ténèbres de l’ignorance.
La vérité est digne, elle donne aux siens de la valeur.
La vérité ne laisse personne indifférent.
La vérité rend fort, elle enfante des hommes convaincants.
La vérité est un maître, elle donne un sens à la vie.
La vérité est suave, elle donne du goût à nos luttes.
La vérité est pure, elle ne souffre aucun mélange.
La vérité est sociable, elle vient souvent des échanges.
La vérité est douce, mais pour ceux qui l’aiment vraiment.
La vérité est apaisante, mais c’est lorsqu’on la trouve enfin.
La vérité est libre, aucune prison ne peut l’enfermer.
La vérité est souveraine, on ne peut la posséder.
La vérité est sans rivage, on la cherchera toujours.
La vérité est riche, même le mensonge lui emprunte.
La vérité est vitale, sans elle pas de relations fiables.
La vérité est exigeante, elle ne s’obtient pas sans ascèse.
La vérité est démontrable, mais toujours inépuisable.
La vérité est insaisissable, tous les philosophes ont essayé de l’enfermer dans leurs systèmes.
La vérité est insondable, elle appelle toujours la foi.
La vérité est un mystère, toutes les religions la vénèrent.
La vérité est noble, on la trouve chez les amis du Roi des rois.
La vérité est une Reine, ceux qui la connaissent en font leur Dame.
Sais-tu aussi que :
La vérité est dure, mais pour les habitants de l’ombre.
La vérité blesse, mais seulement là où elle n’est pas la bienvenue.
La vérité pourchasse, mais seulement lorsqu’on veut la fuir.
La vérité attriste, mais seulement lorsqu’elle brise des masques.
La vérité révolte, mais seulement ceux qui ont choisi le mensonge.
La vérité torture, mais seulement ceux qui lui résistent.
La vérité dévore, mais seulement ceux qui la refoulent.
La vérité terrorise, mais seulement ceux qui ont quelque chose à cacher.
La vérité désarme, mais seulement ceux qui sont de bonne foi.

Amis qui aiment la vérité, voilà pourquoi :

La vérité est puissante car elle soumet tout, éclaire tout, échappe à tous, donne à tous même à ses ennemis. Le mensonge en effet se déguise en vérité pour séduire et avoir droit de cité. Il est une déviation de la vérité. La vérité est donc une arme fatale face au règne du mensonge. Utilise-la, pour tailler et planter, pour renverser et pour édifier : mais jamais sans amour et justice.

Mais que la vérité taille d’abord profondément en toi et plante en toi ses racines. C’est douloureux mais bienfaisant et transformant. Un jour, tu diras merci à cette grande Dame pour ses coups. Elle t’aura blessé mais pour te guérir et te restaurer. Consacre-toi à la vérité ; elle te conduira vers la vie et le bonheur. Elle a ses entrées dans la cité du bonheur sans fin.

 

Amants de la vérité, Amis de la lumière,

Voilà ce sur quoi tu as bâti ta vie.
Voilà sur quoi repose ta conscience.
Voilà ton parti à jamais.
Voilà ta vraie patrie.
Voilà le fondement de ta victoire.
Voilà la nature de la grande Reine que tu sers.
Voilà de quel côté de l’histoire tu te trouves.
Le fils de la vérité triomphe du fils de la nuit,
Dans la mort ou à genoux, les fils de la lumière triomphent toujours des fils du mensonge !
A genoux, dis merci à Dame-vérité ;
Sincèrement, reviens toujours à la vérité.

Avec courage, ose la vérité pour toi : il en faut pour reconnaître ses torts et ses mensonges ; il en faut pour rompre avec les amis du mensonge ; il faut encore pour remettre en cause ses convictions et son savoir. Mais il en faudra plus encore pour affronter les partisans du mensonge et pour libérer la cité du règne du mensonge. Es-tu prêt ? Le jour triomphera. Sois ses bras, sois sa voix contre l’hypocrisie d’une société où beaucoup portent un masque pour mieux tromper et abuser. Sois un guerrier de lumière, un homme d’honneur et de cœur, une femme de lumière et de valeur.

 

Fils du jour, soldats de la lumière…

Condamnons-le mensonge et l’erreur sans hésitation.
Confinons-les à souffrir la morsure de la vérité.
Dans la rue comme au bar,
Aux funérailles et au village natal,
À la maison et même dans le lit conjugal,
Privons les menteurs de la paix du cœur.
Là où ils s’y attendent le moins, opposons-leur la force de la vérité…
Cela est possible, si tout le monde s’y met;
Car il y a toujours plus d’amis de la vérité que d’hommes de mensonge;
Autour d’un homme de mensonge, il y a toujours une personne attachée à la vérité: un cuisinier, un chauffeur, une secrétaire, un oncle, une grand-mère, une épouse et même ses propres enfants, soumis ou rebelles.
Alors, disons au méchant qu’il se trompe,
Disons au menteur qu’il fait fausse route,
Lançons-lui que le mensonge le mène à la ruine…
C’est charité que d’empêcher le menteur de ruiner irrémédiablement son âme.
C’est charité que de libérer la citée et ses habitants des cachots du mensonge.
Ce devoir de vérité est à la portée de tous;
C’est une arme redoutable entre nos mains;
Un devoir contre le règne du mensonge.
Personne ne peut emprisonner la vérité:
Aucune idéologie ni démon ne le peut;
Les apprentis sorciers et les dictateurs de tous les temps s’y sont essayés mais vainement.
C’est qu’on n’emprisonne pas le jour.
On n’éteint pas le soleil.
La vérité est secrètement liée à la lumière.
Elle en est la mère trop humble, obligée de se cacher pour ne pas éteindre l’éclat de sa fille la lumière. Elle est en la mère si bonne s’effaçant pour ne pas dissiper tel le soleil le scintillement de ses filles les étoiles.
Car la vérité est, jamais elle ne vieillit.
Car la vérité est ; elle précède et pénètre tout ce qui a semblant d’être.
Car la vérité soutient tout, même le mensonge et « ce qui n’est pas » en vivent malgré eux.
La vérité ne peut devenir mensonge et le mensonge ne peut devenir vérité.
La vérité ne change pas au contraire de ce qui commence, se lève, se couche puis s’évanouit…

La vérité est ravissante ; c’est une merveilleuse dame qui force au respect et au sacrifice, qui ne se donne qu’en se cachant pour être recherchée avec plus d’ardeur. Elle a le visage du soleil ; elle a le charme de la lune ; elle éclaire tout et n’est éclairée par rien. Ses enfants l’aiment comme la plus belle des femmes, comme la plus tendre des mères ; la vérité est belle comme la vie ; elle en a la saveur dans l’âme.

 

Filles de la lumière, fils du jour,

Laisse-moi te confier à nouveau ce secret qui vaut plus que l’or !

La vérité est.
La vérité est ce qui est.
Le mensonge est ce qui n’est pas.

Le mensonge se donne juste des airs de vérité à renforts d’arguments, de manipulations, de travestissements et de débauches d’énergie et d’argent. Mais cela donne à peine l’impression de marcher car la plus frêle des flammes fera trembler le mensonge et son maître. Bâtir sur l’abîme est donc un danger dont il faut sortir le méchant et ses partisans. Couronner roi de la cité le mensonge est un poison dont il faut guérir les peuples. Mais qui ne sait qu’au lever du Soleil, le mensonge se dissipera infailliblement, vois-tu ? Alors :

Comment bâtir sur le mensonge et croire en sa réussite ?
Comment peut-on croire en une victoire réelle en s’appuyant sur le faux ?
Comment parler de victoire lorsque tout repose sur une apparence ?
Comment célébrer en conscience un couronnement si sa fondation est un néant ?
Comment ce qui n’est pas pourrait-il l’emporter sur ce qui est?
Quel suprême aveuglement !
Quelle programmation au suicide en douceur !
Quelle tentative vaine de vouloir éteindre le soleil !
Quel diabolique choix que le refus entêté de la vérité !
Le mensonge est une fondation d’échec à tout projet.
L’erreur consciente maquillée en vérité traîne déjà sa condamnation à la ruine.
Si, si, si : ici-bas ou dans l’au-delà, peu importe ;
Car la vie de l’homme passe comme un souffle ;
Elle s’écoule comme de l’eau entre les doigts de la main.
Pas de ténèbres qui ne s’inclinent un jour devant la lumière,
Pas de mensonge que la vérité ne transperce un jour;
Pas de fausseté que la vérité ne tourmente tôt ou tard.
Pas de mensonge que la vérité ne couvrira de confusion.
Pas de lit et de place où la vérité ne s’invite sans retenue.

Fils du jour, chères filles du Soleil-levant
Tous,
De partout,
Avec les moyens à notre portée,
Soyons la mauvaise conscience du menteur,
Disons-lui qu’il se trompe,
Montrons-lui qu’il est dans le faux,
Faisons-le prisonnier chez lui.

Car, pas de pire prison que celle d’une conscience torturée de partout par la vérité. Pas de pire délire qu’une vie couverte de honte. Pas de sommeil tranquille pour celui qui fuit la vérité. Elle le rattrapera toujours, même entre deux bouffées de drogues ou d’alcool. La vérité pourchasse ses ennemis jusque dans leurs rêves. Elle est le cauchemar du méchant et du menteur tandis qu’elle est la paix, la joie et l’avenir de ceux qui la chérissent.

Chers tous,
Cela est notre portée. Ce devoir de vérité qui dérange pour réveiller ton prochain, c’est une de tes dettes à l’endroit du méchant. Mais c’est aussi ta dette face à la lumière, si tu es enfant de lumière.

Disciples de la lumière,
Bâtir sa vie sur la vérité est bien.
Combattre en plus pour le triomphe de la vérité est mieux.
Le premier engagement prépare le second engagement.
Et le premier n’est en sécurité et aisé que si le second est réalisé.

Le monde vit dans le mensonge parce que les fils de la lumière se cachent, apeurés qu’ils sont par les bruits et les menaces des méchants. Mais on oublie qu’on ne peut vivre dans la vérité et pratiquer le bien paisiblement que si la société dans laquelle on vit est conduite par la vérité et le bien. L’homme de bien est l’ennemi du méchant. Son genre de vie offense le menteur. Celui-ci ne le lui pardonnera que le temps qu’il lui faudra pour le contraindre à suivre ses voies. Les lois iniques présentes le disent assez. Celles, à-venir, nous le montreront avec angoisse. C’est l’heure du grand combat : le mensonge jette ses dernières forces contre la Vérité et ses fils dans un assaut des plus violents.

Personne ne pourra échapper à cette lutte, aussi vrai que nous sommes contraints de partager la cité dont les fils de ce monde contrôlent désormais tout. Tu en doutes ? Vraiment ?

Amis à l’esprit encore confus
Alors, regarde les lois qu’ils passent !
Alors, considère les modèles qu’ils donnent à tes enfants !
Alors, remarque la banalisation et la promotion du vice !
Alors, examine les films qu’ils servent dans leurs programmes télévisés.
Alors, analyse leur gestion du bien de tous !
Alors, observe leurs manières de vivre !
Alors, étudie l’histoire réelle des grandes nations !
Alors, compte combien de peuples ils oppressent !
Alors, vérifie comment ils arrivent au pouvoir !
Alors, vois si leurs mains sont rouges de sang !
Alors, pèse leurs discours à l’aune de la vérité !
Alors, mets-les sur la balance de la justice !
Alors, sont-ils les mêmes avant et après les élections ?
Alors, que peux-tu dire de leurs rapports au pouvoir ?
Alors, sais-tu l’avenir de dettes dont ils ont chargé tes enfants ?
Alors, sais-tu ce qu’ils font de la terre que Dieu nous a donnée ?
Alors, sais-tu que bien des guerres pouvaient être évitées pour presque rien ?
Alors, sais-tu que des peuples entiers agonisent à cause de la cupidité de quelques lobbies financiers ?

L’agir, les choix, les discours des uns et des autres sont-ils pour le bien et la vérité ? Leurs actes célèbrent-ils la vie et honorent-ils Dieu ? Leurs décisions peuvent-elles venir de Dieu ? De quels côtés sont-ils donc à ton avis, cher ami à l’esprit encore hésitant ?  Fils du jour et filles de la lumière, donnez vos cœurs à la vérité. Donnez vos vies à la vérité : qu’y a-t-il  de plus humain ? La vérité a pour vocation d’éduquer et d’affranchir, de protéger et d’élever, de rassembler et d’édifier la société. Je te laisse à ton jugement.

Mais, n’oublie pas,

« L’œil ne peut éviter la montagne ».
La peur des bons ouvre la voie à la victoire des méchants.
La lâcheté des justes donne la force aux médiocres.
Le silence des hommes de vérité fait le fauteuil des menteurs.
Le sage qui manque de courage pendant qu’on s’attaque aux siens est inutile.
La mollesse dans l’action contre le mal donne l’avantage aux serviteurs du mensonge.
Etre du côté de la vérité en silence, c’est être la prochaine victime du camp des méchants.
Aussi, laisse-moi te rappeler les paroles de mon Maître :
« La lumière est encore un peu de temps parmi vous. Marchez, pendant que vous avez encore la lumière, afin que les ténèbres ne vous surprennent pas… » (Jn 12, 35).
Amis, fils et filles de la vérité, il nous faut faire les œuvres de celui qui nous a envoyés pendant qu’il fait encore un peu jour. « La nuit vient où personne ne pourra plus travailler » (Jn 9, 4) aux œuvres de lumière sans être inquiété. Ce jour-là, nous pleurerons tous amèrement notre passivité et notre lâcheté.

Déjà, il est interdit de dénoncer certains mensonges sans souffrir la menace des lois, le regard de ceux que le mensonge a corrompu… Déjà, il est des vérités et des lieux où la vérité n’a plus droit de cité. Déjà, il est des mensonges qu’on enseigne comme des vérités, dans les écoles de nos enfants…

Entende qui a des oreilles pour entendre !

 

Amants de la vérité, compagnons de lutte 

Prions avec plus de ferveur mais n’oublions pas que la prière est incomplète sans une action intelligemment orchestrée. Il faut prier comme si tout dépendait uniquement de Dieu et agir comme si tout dépendait totalement de soi, mais sans trahir la loi de Dieu. Dieu ne changera aucun ordre injuste sans le vouloir actif de l’homme qu’il a laissé libre et responsable de ce monde. Dieu nous a confié la garde et la gestion de ce monde.

Donc, chers combattants de lumière : permets-moi de te demander si tu as déjà ton plan de bataille ? Combien de plans as-tu mis en place ? Quelles sont tes stratégies de combats ? Sais-tu qui sont vraiment tes alliés ? Connais-tu tes forces et tes faiblesses ? As-tu pris le temps d’étudier les forces et les faiblesses de ton adversaire ? Où se cache sa puissance, ses alliances et ses refuges en cas de péril ? T’entraînes-tu ? Avec qui et où ? Ton entraînement est-il à la hauteur de tes attentes, à moins que tu n’attendes rien ou peu ?

Enfin, es-tu prêt à payer le prix de la victoire ? Pas de place pour les peureux et les lâches dans ce grand combat. Pas de place pour les pleurnichards dans ce grand combat. Cette race d’homme-là sera traîtresse dans le combat. Elle sapera le moral du groupe. Elle exposera et abandonnera les autres au moment fatidique. Parfois, elle vendra le groupe pour quelques intérêts… Compagnons, sache bien que le diable et les siens se moquent de tes larmes. Elles les enivrent de joie comme on exulte lorsqu’on triomphe de ses ennemis.

Néanmoins, sache que tout guerrier connaît la peur mais l’affronte jusqu’à la fin de la bataille. Vas-y donc, sois la voix de la vérité : sois le bras de la lumière contre le règne du mensonge et du mal partout imposé. Et si, un jour comme moi tu as été lâche, sache que la vérité est aussi un maître clément, plein de patience. Et si, un jour comme un humble guerrier tu as été terrassé parce que trop faible, sache qu’on ne peut lutter sans prendre des coups. Et si, comme tous les guerriers de lumière, le mensonge t’a vaincu un instant : relèves-toi vite et reprends ta place parmi les tiens. Il n’y a pas de plus brave guerrier que celui qui sait perdre sans jamais baisser les bras. Il faut beaucoup de courage pour assumer une défaite debout jusqu’à la prochaine victoire. Les grands guerriers ont perdu une bataille un jour, mais pas le combat. Arme ton esprit de cette vérité, mourir au combat est un honneur. Cette mort a pour récompense la cité des élus. Il vaut mieux tomber, ramper ou boiter sur le champ de bataille que de trahir la vérité et tous les tiens.

Ô Guerrier, ô fils du jour, ô fille du Soleil : s’il te faut quitter ce monde, laisse-le un peu meilleur. Et même si ce que tu dois laisser de meilleur à cette terre n’est qu’une goutte de lumière dans un brouillards de boues, s’il te plaît, fais-nous ce présent : nous l’attendons car « une armée de fourmis peut triompher du serpent le plus venimeux » et « l’union des faibles les rend forts ». Debout donc, fille du jour, fils de la lumière, vous tous épris de vérité : la vérité vous appelle comme un seul homme à former une immense armée ! Levez-vous donc filles du Soleil, fils du jour ! Donnez de la voix comme le tonnerre. Soyez le bras de la vérité par amour, avec amour et pour l’amour ! Il y a tant de serpents à combattre de nos jours. Vous seuls pouvez briser leurs têtes qui sèment la désolation et le mensonge.

Ton Ami, un modeste compagnon de combat, qui espère qu’on peut compter sur toi dans l’épreuve actuelle, et celle qui s’en vient et que l’on feint de ne pas voir,

 

PAUL-MARIE MBA (CB)

1
Ô Anges du Dieu Très-Haut…. Lève-Toi, O Seigneur, que tes anges…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *